Tout sur l'immobilier à Paris 20e - Gambetta
réparation locative à Paris 20 Gambetta
Louer un bien

Qui se charge des travaux d’entretien et de réparation dans le logement ?

Les propriétaires qui louent leur logement pour la première fois doivent s’interroger sur la gestion d’une location, particulièrement sur la prise en charge d’une réparation locative à Paris 20 Gambetta. Qui, du bailleur ou du locataire, doit mettre la main au portefeuille pour la réalisation des éventuelles réparations d’usage et des travaux d’entretien dans le bien ? C’est un point pas forcément évident. Pour mener à bien votre location et entretenir une bonne relation avec votre locataire, chaque partie doit prendre connaissance de ses responsabilités. Suivez le guide !

Qu’est-ce qu’une réparation locative à Paris 20 Gambetta ?

Lorsqu’on évoque le terme réparation locative à Paris 20 Gambetta, on parle des différents travaux d’entretien réguliers nécessaires pour préserver l’état du logement pendant le contrat de location, mais non des gros travaux d’aménagement et de remise aux normes, qui restent à la charge du bailleur.

Dans le cadre d’une location, vous devez proposer au locataire un bien décent. Vous trouverez les obligations des deux parties dans cet article. Dans le cas contraire, la mise en location est impossible, sauf dans le cas où des travaux de rénovation ont lieu en amont. Cependant, les petits travaux de réparation peuvent être effectués suite à la signature du bail.

Mais la réparation locative à Paris 20 Gambetta rassemble l’entretien d’usage du logement et de ses équipements.

La réparation locative à la charge de l’occupant

L’occupant du logement doit s’occuper de la plupart des réparations locatives d’un bien, notamment tout ce qui résulte de l’usage du logement. Le locataire a pour devoir de préserver l’état du logement et de ses équipements. Ainsi, il doit les entretenir couramment et remplacer les éléments mobiles.

réparation locative à Paris 20 Gambetta

Réparation locative à Paris 20 Gambetta en termes d’entretien

L’occupant doit veiller à ce que le logement reste propre et que toutes les installations fonctionnent bien. Cela concerne :

  • Les grilles de ventilation,
  • Les différentes ouvertures et leurs accessoires,
  • Les placards et leurs accessoires,
  • Les volets et les stores,
  • Tout ce qui concerne les revêtements de sols, murs et plafonds dont aussi partie de la réparation locative à Paris 20 Gambetta à la charge du locataire,
  • Tout ce qui tourne autour de la robinetterie,
  • Les éviers et les lavabos,
  • La chaudière qui doit être entretenue par un professionnel une fois par an,
  • Les prises et les interrupteurs électriques,
  • Le débouchage des évacuations d’eau,
  • Le détecteur de fumée,
  • Le compteur d’eau individuel,
  • Les radiateurs,
  • L’entretien de la cheminée,
  • Le balcon,
  • La boîte aux lettres,
  • Le jardin privatif s’il existe.

En termes de remplacement

Le remplacement d’un certain nombre d’équipements fait aussi partie de la réparation locative à Paris 20 Gambetta qui revient au locataire.

  • Les ampoules des luminaires,
  • Les vitres cassées,
  • Les joints, les colliers, les tuyaux ou les mastics usés,
  • Le flexible du gaz,
  • Les fusibles du tableau électrique,
  • Les prises et interrupteurs,
  • L’interphone,
  • Les piles du détecteur de fumée,
  • Les volets et stores.

Qu’en est-il de la réparation locative à la charge du bailleur ?

Dès lors que les travaux à effectuer sont liés à des problèmes d’usure ou de défauts de construction, c’est le bailleur qui doit intervenir. Si un équipement perd sa fonctionnalité à cause de sa vétusté, vous devez prendre en charge son remplacement. Il en est de même si les dégradations ont été causées par une catastrophe naturelle.

La réparation locative à Paris 20 Gambetta à la charge du bailleur peut donc s’agir :

  • Du remplacement de la chaudière, d’une colonne d’eau usée, du conduit d’alimentation d’eau, des ouvertures, du tableau électrique, du détecteur de fumée, des canalisations…
  • Des divers travaux concernant les parties communes du bâtiment.

La vétusté est jugée selon le temps passé depuis que l’occupant s’est installé dans le bien.

Article écrit par:

Avatar

Directeur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
Enregistrer